Tout-es ne tombaient pas mais tout-es étaient touché-es

Crédits: Huffington Post

Policier tirant à bout portant une manifestante le 26 mars 2015.  Photo: Huffington Post Québec

Le jour de la manif de Victoriaville, la Sureté du Québec a tiré des dizaines de projectiles à partir d’un fusil ARWEN, en plus des tonnes de gaz lacrymogènes. Trois personnes seront grièvement blessées. Beaucoup d’autres auraient pu être touchés-é-es. Dans une telle situation, c’est toute la manifestation qui est visée, chaque manifestant-e qui est pris-e pour cible. Les blessures physiques subies sont bien sûr individuelles, singulières, incommensurables. Les actions en justice supposent par ailleurs des dépôts de plaintes individuels. Pour autant, tout comme c’est toute la manif qui était attaquée, il y a quelque chose à défendre collectivement, une bataille qui ne laisse pas les blessés-é-es isolés-é-es comme si la police ne s’en était prise qu’à eux et elles.

Comme une scène de guerre

Cette carte, crée par Moise Marcoux-Chabot, situe plusieurs des blessés-ées de la manifestation:

Les jours suivants, on pouvait lire plusieurs témoignages qui revenaient sur la violence des attaques policières:

À ce moment, j’ai eu peur. Vraiment peur, quelque chose de grave était en train de se passer devant moi qui me dépassait. Les gens se sont reculés, en voyant la blessure, j’ai eu l’impression qu’il allait mourir. Mais je me suis mis dans un mode « intervention ». En sachant qu’il était légèrement conscient, constamment je lui parlais pour le maintenir éveillé. Je me suis présentée, puis je me suis adressée à une des nombreuses personnes qui regardaient la scène et qui avait un téléphone cellulaire, je lui ai dit que c’était sérieux, qu’il fallait une ambulance immédiatement, que le blessé était en danger. La personne a appelé. Plusieurs personnes ont tenté de rejoindre les secours pendant cet événement, et cela a été extrêmement complexe d’avoir de l’aide dans les délais humains et nécessaires pour la survie de cette personne. (…)

Nous avons dû déplacer Alexandre deux fois à cause de l’incompétence de la SQ, plus grave encore, de ce comportement militaire qui reflète de l’intensification de la violence utilisée par le bras armé de l’État. (…) Ce que j’ai vécu est une confrontation à une violence qui se rapproche de l’esthétique de la guerre.

Il faut imaginer ce que l’usage d’une arme comme le ARWEN produit comme effet dans une manifestation : l’instant d’avant on est joyeux, on croise de nombreux collègues, amis, on échange des mots ou des sourires avec des étrangers. Les slogans vont bon train, la foule se sent forte ensemble. Tout d’un coup on entend un tir et quelqu’un s’écroule. Il faut alors imaginer la terreur qui vient s’emparer de cette foule unie quelques instants auparavant. Ceux qui sont proches de la victime, ses amis, ou parfois des inconnus, veulent s’approcher pour l’aider mais en même temps tout le monde redoute un autre coup. Les projectiles sont projetés à une telle vitesse qu’ils peuvent blesser une personne jusqu’à plus de 100 mètres de distance: ce ne sont donc pas nécessairement ceux qui sont aux premières lignes qui sont touchés, mais peut-être quelqu’un qui se trouvait loin en retrait. L’effet de panique est ainsi dédoublée par cette impression que n’importe qui être atteint à tout moment, sans aucun avertissement. La foule recule, cours à reculons, c’est le chacun pour soi d’une foule terrorisée. Les policiers, eux, ne bougent pas. Ils ont gagné du terrain. Ils viennent de mutiler quelqu’un, peut-être de le tuer, on ne sait encore, mais leur première réaction n’est pas l’assistance – appeler une ambulance, s’occuper d’évacuer le-la blessé-e -. Non, ils savourent leur victoire. Avec un seul coup de fusil, ils viennent d’inverser le rapport de force : ils ont transformé une manifestation en scène traumatique.

Une extension mutilante de la matraque

Ironie de l’histoire, c’est le même Serge Ménard, qui dirigea la Commission d’examen sur les événements du printemps 2012, qui en août 2001, alors qu’il était ministre de la sécurité publique du gouvernement péquiste, défendait l’usage des balles des plastiques, soutenant  que «c’est mieux que l’arme ultime», en parlant de l’arme à feu régulière des policiers. En effet, c’est face à un gouvernement du Parti québécois que s’affrontent les milliers de manifestants du Sommet des Amériques. Dès cette époque, les balles de caoutchouc se révèlent bien pratiques pour faire taire les mouvements : les forces policières en tirent plus de 900 à cette occasion. Pourtant, les portes paroles policiers avaient préalablement affirmé que ces armes ne seraient utilisées qu’en « dernière étape avant l’utilisation de l’arme mortelle » et uniquement pour des cas où des individus menaceraient réellement l’intégrité physique de la police.

À chaque fois qu’il y a des blessé-e-s graves, à chaque fois que l’usage de ces projectiles est remis en cause, la défense des forces de l’ordre est toujours la même : « Le but ultime, c’est de ne pas avoir à utiliser l’arme à feu. », comme le déclara Ian Lafrenière en plein printemps 2012. Les armes à létalité réduite viseraient à éviter l’usage des armes à feu. En ce sens, elles représenteraient un grand progrès social. Quant au fait qu’elles ne cessent d’entraîner des mutilations et même des décès, ça ne serait pas dû à la mauvaise intention des policiers, mais à de mauvais mouvements des personnes touchées qui se seraient baissées au mauvais moment: « Ce ne sont pas des balles de précision. Les policiers ne vont pas viser la tête, mais dans le feu de l’action, il est possible que la personne se déplace. » (dixit Robert Poëti, ex-policier de la SQ).

Si les contextes sont différents, la défense des forces de l’ordre est curieusement toujours la même. En France aussi, alors que des dizaines de manifestant-e-s ont été éborgné-e-s et mutilé-e-s par ces armes, la version policière ne diverge pas. Alors que se tient en ce moment même le procès d’un policier ayant tiré sur le lycéen Geoffrey Tidjiani⁠ à Montreuil en 2010, le policier accusé affirme ne pas avoir visé à hauteur de visage mais que Geoffrey s’est baissé au moment du tir ou que son arme ait été déréglée. Plus largement, l’argumentaire policier insiste à chaque fois sur le fait que cela remplace l’arme de service. Le visionnement de la vidéo qui a captée la scène montre pourtant une situation où le tir de flashball est scandaleux et ne répond à aucune menace réelle.

 

Vidéo du lycéen blessé par un tir de flashball… par rue89

Comment un policier aurait-il pu envisager de sortir son arme à feu dans une telle situation où il ne se passe à peu près rien? Comment ne pas voir que le flashball occupe ici le rôle de « jouet puissant » mis entre les mains des policiers, qui leur permet d’atteindre de jeunes manifestant-e-s sans s’approcher d’eux.

Ces projectiles ne se substituent pas aux armes à feux. Pour preuve : le nombre de décès dus aux balles policières ne diminue pas, et pendant ce temps-là les mutilations augmentent elles aussi. Comme le déclare Florent Castineira, un autre blessé du flashball : « C’est une extension mutilante de la matraque et des lacrymogènes. »

C’est le message qu’il est allé porter, avec l’Assemblée des blessées, des familles, des collectifs contre les violences policières, devant une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale française. Un collectif qui ne cesse de le répéter et d’accumuler les preuves que le Flash-Ball, le LBD40, le fusil ARWEN sont utilisés comme des armes punitives et ne se substituent pas à l’arme de service.

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6576.maintien-de-l-ordre-republicain–auditions-diverses-19-mars-2015

Premiers succès des poursuites

Face à la violence des armes utilisées par la SQ, au nombre important de personnes blessées lors de la manif de Victoriaville, et tout un contexte international de violences policières, il s’agit de ne laisser personne seul-e face à la police, aux blessures qu’elle leur a infligées, et au déni de justice que leur impunité suppose. Bien qu’il n’y a encore que très peu de condamnations par rapport au nombre de plaintes immédiatement classées sans suites, il faut voir des signes encourageants dans les récentes victoires. En France par exemple, des procédures commencent enfin à aboutir : en 2013, un Tribunal Administratif à Paris reconnaît, pour la première fois « une procédure qui condamne l’État reconnait le lien entre la blessure et le flashball. »[1]. Puis en mars 2015, un policier est condamné aux assises à Mayotte pour avoir éborgné un jeune garçon de 9 ans[2]. Cependant, la peine est très symbolique puisque celui-ci peut reprendre le travail dès le lendemain de son procès. Le procès très médiatisé du policier qui a blessé le lycéen à Montreuil semble aussi se diriger vers des condamnations.

Il n’y a pas la police et quelques malheureuses victimes coupables de mauvais gestes, ou qui auraient été au mauvais endroit au mauvais moment. Il n’y a pas quelques policiers qui maîtrisent mal leurs armes, et ceux et celles qui en seraient les victimes collatérales. Il y a une augmentation considérable de la violence de la police dans un contexte où de plus en plus de gens sortent dans la rue et ne croient plus à la politique des partis et des élections.

N’importe quelle personne qui était à Victoriaville aurait pu être touchée par une des balles des fusils ARWEN. Si un procès a lieu, c’est l’occasion de mettre en cause toute la violence des forces de l’ordre, et de montrer une solidarité capable de faire face aux violences policières. Nous nous trouvons au début d’un nouveau mouvement de contestation. Les rues sont à nouveau habitées de manifestations et les policiers recourent à nouveau aux balles de caoutchouc. La seule chose qui les en privera est notre solidarité et notre combativité collective.

 

 

 

[1] Communiqué de Clément Alexandre, éborgné par la police https://faceauxarmesdelapolice.wordpress.com/2013/12/18/flashball-condamnation-de-letat-dans-laffaire-clement-alexandre-communique-de-presse-du-18122013/

[2] http://www.liberation.fr/societe/2015/03/20/premiere-condamnation-aux-assises-d-un-gendarme-pour-usage-du-flashball_1225109